Découvrez les labels humains et écologiques respectés par nos partenaires !

logo des labels de nos partenaires
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter

Les Labels FAIR WEAR FOUNDATION

Tout d’abord, le label Fair Wear Foundation est une organisation indépendante à but non lucratif qui s’efforce d’améliorer les conditions de travail dans l’industrie textile. La fondation est une initiative menée par des organisations professionnelles du secteur textile, des syndicats et des ONG.

De plus, Fair Wear Foundation vérifie que les sociétés membres mettent en œuvre un code pratique de travail tout au long de leur chaîne d’approvisionnement, et vérifie également leur conformité par des audits et vérification des mesures. Les rapports annuels des entreprises membres et de FWF lui-même favorisent la transparence à tous les niveaux.

Les rapports annuels de vérification sont disponibles sur la page Fair Wear Foundation ici.

Continental Clothing Co. est membre depuis le 2 Octobre 2006.

LE LABEL GLOBAL ORGANIC TEXTILE STANDARD

Ensuite, le label Global Organic Textile Standard (GOTS) est la principale norme mondiale de traitement des textiles pour les fibres organiques, incluant les critères écologiques et sociaux, et soutenue par une certification indépendante de l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement textile.

Continental Clothing Co. est licencié par la Soil Association et la Control Union pour fournir des produits biologiques certifiés conformément à la norme mondiale sur les textiles biologiques. Numéro de licence DK19090. La société détient également une licence pour utiliser le logo de la Soil Association Organic Standard sur les produits qui répondent aux critères de la norme biologique.

D’autre part, tous les produits certifiés vendus «non transformés», c’est-à-dire sans impression ou autre traitement chimique, peuvent porter le logo. Les vêtements qui sont imprimés par des imprimeurs sous licence selon la norme biologique peuvent également porter le logo standard organique au point de vente.

L’objectif de la norme est de définir des exigences reconnues dans le monde entier garantissant le statut biologique des textiles, de la récolte des matières premières à la fabrication écologiquement et socialement responsable jusqu’à l’étiquetage afin de fournir une assurance crédible au consommateur final.

Les processeurs et fabricants de textiles sont en mesure d’exporter leurs tissus et vêtements biologiques avec une certification acceptée dans tous les principaux marchés. Les matières approuvés sont des fibres naturelles certifiées biologiques et des fibres de la période de conversion certifiées selon les normes internationales ou nationales reconnues et certifiées par tout IFOAM accrédité ou internationalement reconnu (selon ISO 65).

Les critères clés pour le traitement et la fabrication incluent :

Critères environnementaux 

– À tous les stades du traitement, les produits de fibres organiques doivent être séparés des produits de fibres conventionnels et doivent être clairement identifiés 
– Tous les intrants chimiques (par exemple les colorants, les produits auxiliaires et les produits chimiques de traitement) doivent être évalués et satisfaire aux exigences de base en matière de toxicité et de biodégradabilité / éliminabilité. 
– Interdiction des intrants critiques tels que les métaux lourds toxiques, le formaldéhyde, les solvants aromatiques, les nanoparticules fonctionnelles, les organismes génétiquement modifiés (OGM) et leurs enzymes 
– L’utilisation d’agents de collage synthétiques est restreinte; les huiles à tricoter et à tisser ne doivent pas contenir de métaux lourds 
– Les agents de blanchiment doivent être à base d’oxygène (pas de blanchiment au chlore)
– Les colorants azoïques qui libèrent des composés aminés cancérogènes sont interdits 
– Les procédés d’impression par décharge utilisant des solvants aromatiques et les procédés d’impression au plastisol utilisant des phtalates et du PVC sont interdits 
– Restrictions pour les accessoires (par exemple, pas de PVC, nickel ou chrome autorisés)
– Tous les opérateurs doivent avoir une politique environnementale incluant des objectifs et des procédures cibles pour minimiser les déchets et les rejets 
– Les unités de traitement par voie humide doivent tenir des dossiers complets sur l’utilisation de produits chimiques, l’énergie, la consommation d’eau et le traitement des eaux usées, y compris l’élimination des boues. Les eaux usées de toutes les unités de traitement par voie humide doivent être traitées dans une station d’épuration fonctionnelle.
– Les matériaux d’emballage ne doivent pas contenir de PVC. Le papier ou le carton utilisé dans les matériaux d’emballage, les étiquettes volantes, les balanciers, etc. doivent être recyclés ou certifiés selon les normes FSC ou PEFC. 

Critères de qualité technique et de toxicité humaine 

– Les paramètres de qualité technique doivent être respectés (par exemple, les valeurs de frottement, de transpiration, de résistance à la lumière et au lavage et de rétrécissement)
– Les matières premières, les intermédiaires, les produits textiles finaux ainsi que les accessoires doivent respecter des limites strictes en ce qui concerne les résidus indésirables 

Critères sociaux minimum 

Les critères sociaux minimaux fondés sur les normes clés de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) doivent être respectés par tous les processeurs et fabricants, y compris au niveau des exploitations. Ils doivent avoir une gestion de la conformité sociale avec des éléments définis en place pour s’assurer que les critères sociaux peuvent être satisfaits. Pour une mise en œuvre adéquate et une évaluation des sujets de critères sociaux suivants, les conventions clés applicables de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) énumérées doivent être considérées comme la base pertinente pour l’interprétation.

– L’emploi est librement choisi 
– Il n’y a pas de travail forcé ou lié 
– La liberté d’association et le droit à la négociation collective sont respectés 
– Les conditions de travail sont sûres et hygiéniques 
– Le travail des enfants ne doit pas être utilisé 
– Salaire minimum vital
– Les heures de travail ne sont pas excessives 
– Aucune discrimination n’est pratiquée 
– Un emploi régulier est fourni 
– Un traitement rigoureux ou inhumain est interdit 

Système d’assurance de qualité 

Généralement, une entreprise participant au système de certification GOTS doit travailler en conformité avec tous les critères de la norme. GOTS s’appuie sur un système double pour vérifier la conformité aux critères pertinents, à savoir l’audit sur site et les tests de résidus.

Lire la norme complète ici

LE LABEL EARTH POSITIVE

Climat neutre 

Les vêtements EarthPositive sont 100% biologique avec 90% de CO2 réduit

L’empreinte carbone a été calculée conformément à la méthodologie BSI PAS2050 et certifiée par le Carbon Trust.

La réduction de 90% a été obtenue par une combinaison d’agriculture biologique à faible impact, d’efficacité dans la fabrication et le transport, et l’utilisation d’énergie renouvelable à la place de l’électricité de réseau à base de combustibles fossiles.

Il a été calculé qu’un seul t-shirt EarthPositive économise environ 7 kilogrammes de CO2, tandis qu’un sweat à capuche économise jusqu’à 28 kilos de gaz à effet de serre. Ces réductions sont réellement obtenues par nos manufactures sans aucune compensation carbone.

Cliquer ici pour voir les valeurs de CO2 de tous nos produits.

Empreinte carbone

L’empreinte carbone d’un produit est la quantité totale de CO2 et d’autres gaz à effet de serre émis dans le cadre de la fabrication, de la distribution, de l’utilisation et de l’élimination d’un produit. Les gaz à effet de serre (Greenhouse gases, GHGs) sont ainsi appelés car ils emprisonnent la chaleur dans la couche atmosphérique de la terre, maintenant la chaleur de la planète. Les principaux gaz sont le dioxyde de carbone (CO2), le méthane et l’oxyde nitreux.
En janvier 2008, Continental Clothing Co. est devenue la première marque au monde à calculer l’empreinte carbone et à placer l’étiquette de réduction du carbone sur les produits textiles.
En tant que fournisseur Business-to-Business de prêt-à-porter, nous avons calculé l’empreinte carbone de tous les produits de la gamme EarthPositive depuis le champ de coton, en passant par le traitement, la fabrication, le transport jusqu’à nos entrepôts de distribution.

Le label de réduction de carbone

En mars 2009, Continental Clothing Co. a lancé le premier label de réduction du carbone au monde dans le secteur de la vente au détail. Les vêtements EarthPositive avec leur empreinte labélisée ont été mis en vente chez le distributeur éthique Ascension après avoir été décorés d’un motif en impression bio. Ce fut l’aboutissement de deux années de travail avec le Carbon Trust pour développer une méthodologie d’évaluation de l’empreinte carbone d’un produit en coton: de la fabrication, sérigraphie, distribution au détail, utilisation par les consommateurs jusqu’à la fin de vie du vêtement.

Lord Hunt, ministre du Développement durable et de l’Innovation énergétique et chef adjoint de la Chambre des lords a déclaré:
” L’étiquetage de l’empreinte carbone de Continental Clothing est une idée novatrice dans le cadre du plan d’action coordonné par le DEFRA en matière de développement durable du secteur de l’habillement. Ce label est un excellent moyen de donner aux consommateurs des informations claires sur l’impact environnemental de leurs vêtements tout au long de leur cycle de vie – de sa confection à son élimination en passant par son lavage – afin qu’ils puissent avoir confiance dans la durabilité de leurs choix de vêtements.”

Ministère de l’Environnement et de l’Alimentation du Royaume-Uni (DEFRA), Programme de consommation et de production durables; Étude de cas sur la Feuille de route pour un survêtement durable: Continental Clothing Co. (janvier 2011):
” Lorsque Continental Clothing Company a entrepris de créer le «t-shirt parfait», l’objectif était de considérer tous les impacts sur la main-d’œuvre, l’économie locale, l’environnement et le changement climatique, tout en offrant des produits commercialement viable et souhaitable. Les principes directeurs ont été la traçabilité complète et la transparence de la chaîne d’approvisionnement, ainsi que la meilleure façon de procéder à chaque étape.”

Continental Clothing est devenu un partenaire pilote du programme de Carbon Trust pour étiqueter l’empreinte carbone des produits, travaillant ensemble afin de développer une méthodologie pour évaluer l’empreinte écologique des produits textiles. La société a ensuite étendu ses calculs à la sérigraphie, à la vente par correspondance, à l’utilisation et à l’élimination par les consommateurs, complétant ainsi la première analyse complète du cycle de vie à l’aide de la méthodologie PAS2050 Carbon Footprint.

L’étude et l’analyse de l’empreinte ont identifié les zones sensibles de GHG tout au long du processus de fabrication, depuis le choix des fibres, des tissus et l’élaboration du vêtement par traitement mouillé, son accessoirisation, la sérigraphie, son emballage et transport /distribution. L’étude a fourni des informations vitales aux concepteurs, aux responsables de la logistique et aux spécialistes du marketing, afin de contrôler et de réduire efficacement l’impact sur le changement climatique.

Le procédé a permis d’obtenir une réduction de 90% de l’empreinte carbone par rapport à un produit identique fabriqué avec des sources d’énergie conventionnelles – l’empreinte carbone du T-shirt a été réduite de 7 kg CO2e à 700 g CO2e.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *